Accueil

Bienvenu sur le site de l'AMAP 4 d'Anglet

Visite de la ferme de Béatrice et André Eyheramendy (porc Kintoa)

Le samedi 9 mars, nous sommes parties vers 9h de Quintaou sous un petit crachin et , après une heure vingt de route environ, nous sommes arrivées sous le soleil à Pagolle où nous avons été très chaleureusement accueillies par la famille Eyheramendy.

ferme-arleia-les-resistants-3Après le petit café de bienvenue, nous avons repris la voiture pour aller visiter la ferme où se trouve l'élevage de porcs bio d'André: les animaux sont en liberté dans un endroit idyllique ( grand champ vallonné, au milieu de collines bordées de forêts de châtaigniers, hêtres et chênes) et les porcs passent leurs journées tranquillement, à côté des ânesses de la ferme, en bonne intelligence. Les cochons viennent le soir se mettre à l'abri dans un enclos de la ferme où ils trouvent du foin pour dormir au chaud. Il y a 8 mères et 32 porcs à l'engraissement. 1 à 2 porcs sont tués tous les mois en moyenne sur une population de 30 à 35 porcs Kintoa, mais aussi Large White et porcs gascons, car la race basque de porc Kintoa était en train de se raréfier et a connu des problèmes de consanguinité. Il peut arriver que les femelles soient engrossées par des sangliers , les petits sont alors très sauvages. Chaque mère a une portée de 5 à 7 petits, elle a 2 portées par an et la grossesse dure 3 mois 3 semaines et 3 jours.

Il y a un échange entre les éleveurs pour la reproduction mais, même s'il y a 3 éleveurs en bio à Pagolle, André est le seul en Kintoa. Il pratique la vente directe à la ferme et fournit aussi des Amaps et des écoles (cantines scolaires de Cassin, Errobi, Aturri, Endarra, Ramiro Arrue...). Il utilise l'abattoir de Saint- Jean-Pied- de Port puis le laboratoire du lycée Errecart de Saint-Palais, où Béatrice et André assurent eux-mêmes la transformation de produits.

Ses bêtes sont nourries avec des céréales cultivées en bio sur son exploitation depuis 2003 et complétées avec de l'aliment bio de Bilbao en apport extérieur.

Une fois la visite terminée, nous sommes redescendues avec André retrouver sa fille Elodie et sa femme qui avait dressé la table pour nous offrir un repas avec dégustation des produits transformés par leurs soins: verrines de boudin, de pâté de tête, saucisson, pâté, jambon, puis axoa de veau et frites, fromage de brebis et gâteau aux pommes.

Nous tenons à souligner ici la qualité des produits offerts et l'extrême gentillesse de nos hôtes. C'est avec un grand plaisir que nous entamerons le contrat de porc kintoa bio avec eux dès le mois d'avril prochain.

Christine , Maryline et Marie-Pierre.

 

Visite chez Pascale Arroyo, cultivatrice de fraises

C'est par une belle journée ensoleillée que le trio Claude + Muriel + Marie-Pierre a quitté Anglet le samedi 20 avril.. Arrivés à Lantabat après quelques péripéties (oui, c'est grand Lantabat, et y'a deux églises !), nous avons été accueillis par Pascale. Elle revenait d'1/2 journée de peinture des locaux de l'ikastola où ses deux petites filles de 8 et 5 ans sont scolarisées.

fraises-arroyo-2Son diplôme d'ingénieur agronome en poche, le premier job de Pascale lui a fait découvrir le Pays Basque. Deuxième bonne raison de venir au Pays Basque : son mari Aitor est basque ! Après avoir travaillé pendant 10 ans dans une coopérative, elle se lance ! Elle achète des terres issues d'une répartition qui s'est faite après le décès de leur propriétaire. La maison traditionnelle basque faisait partie du lot !

Installée pour sa deuxième année de conversion bio, elle a dû entre fin 2017 et début 2018 à la fois aménager la maison pour sa famille, faire ses premières plantations, ses premières récoltes, commencer ses premières confitures et mettre en place les premiers débouchés... Heureusement que son mari était là pour l'épauler. Aitor a lâché son CDI et fait des CDD pour se rendre disponible quand Pascale a besoin de coups de main. Enfin, quand il ne monte pas à Paris pour une action non violente de lutte contre le changement climatique ! Ils n'ont pas de salarié pour le moment... et ne seraient pas contre un coup de main en cas de surcharge de travail cet été !

Nous sommes montés voir les fraisiers : 12 rangées de 40 m pour le moment, plantés à flanc de coteau dans une prairie fleurie. Aitor a d'ailleurs installé 5 ruches pour favoriser la pollinisation des fraises. Pascale n'utilise qu'une partie de ses terres, une grande partie étant constituée de landes et de bois, ce qui n'empêchera pas les possibilités d'extension. Les plants de fraisiers étaient très fournis en fruits, dont certains étaient déjà mûrs (on en a bien profité, miam !). Pascale a planté plusieurs variétés : Ciflorette, Rubis des jardins, Cigaline, Mme Moutot. Le lendemain de notre passage, Pascale nous envoyait en message nous annonçant sa première récolte de Ciflorettes qu'elle ne pensait pas faire si tôt !

Pascale utilise un petit tracteur pour creuser ses sillons, un motoculteur quand les mottes sont trop grosses et un buteur (butoir ?) pour monter les buttes. Pas d'autres outils. La cueillette se fait à la main grâce à une petite plate-forme montée sur roulettes.

Elle achète ses plants de fraisiers à un producteur bio de sa région d'origine, l'Anjou. A terme, elle dédoublera peut-être ses plants pour ne pas avoir à acheter les "bébés-plants".

L'arrosage se fait au goutte à goutte grâce à une source située sur son terrain. Agrémentée d'une pompe, cette source constitue une économie appréciable !

fraises-arroyo-1La production de Pascale est encore aléatoire, elle a un objectif de 150 barquettes par semaine pour cette année, mais sans savoir encore si elle pourra les atteindre. Elle trouve des débouchés pas très loin de Lantabat : un maraîcher du coin qui va compléter ses paniers, l'Epicerie sans fin de Sauveterre, les AMAP de Garazi et Iholdy. Elle souhaite également un débouché sur la côte, si elle peut avoir un peu de souplesse vis-à-vis de ses incertitudes de débutante et des alea climatiques. Dans ce cadre, notre AMAP est son contact le plus avancé et le plus simple pour elle en terme de logistique (et le plus sympa si j'ai bien compris).

Après discussions, en analysant les résultats du sondage et en écoutant les incertitudes de Pascale, nous partirions sur deux contrats sur la période mai/juin pour le moment: un avec livraison hebdomadaire et un avec livraison une fois tous les 15 jours. Les quantités (35 à 50 barquettes par semaine) cadreraient avec les quantités que Pascale devrait produire, la présence hebdomadaire de Pascale facilitant les reports le cas échéant. La première livraison serait le 17 mai, juste le temps pour Marie-Pierre de créer les contrats et pour vous d'y répondre ! Un deuxième contrat se mettra en place à partir de juillet, Pascale aura à ce moment-là plus de visibilité.

Pascale a également planté des framboisiers et des myrtilliers, mais leur la récolte est encore trop aléatoire pour les inclure dans un contrat. Peut-être un contrat ponctuel cet été ?

Marie-Pierre, Muriel, Claude

 

2019 : saison 2

Période de contrats : de jullet à décembre 2019

Rejoindre une AMAP est plus qu'un acte alternatif d'achat de produits locaux et de qualité. C'est une véritable démarche sociétale qui refuse le dictat de la grande distribution et de tous les dégâts humains, environnementaux et sociaux qui l'accompagnent. C'est une démarche citoyenne qui oeuvre pour le (re)développement d'une petite agriculture paysanne locale, dans le cadre d'un partenariat solide et pérenne entre consommateurs et petits producteurs.

Si vous souhaitez rejoindre notre groupe, vous devez adhérer à ces grands principes fondateurs qui sont énumérés dans la Charte des AMAP.

Résumé de notre fonctionnement :

  • lecture et signature de la charte des AMAP
  • souscription aux contrats des produits qui vous intéressent selon les places disponibles (liste des produits)
  • cotisation annuelle de 2 euros par famille
  • un engagement sur une période de 6 mois (ou jusqu'à la fin de la période en cours)
  • les paiements des produits se font à l'avance, en 1 ou 3 chèques débités les 3 premiers mois de la souscription
  • s'assurer d'être disponible le vendredi de 18h30 à 19h30 pour récupérer ses produits
  • participer à l'aide à la livraison des produits selon ses disponibilités et, plus généralement, s'investir dans le fonctionnement et la vie du groupe

Si vous vous sentez prêt-e à rejoindre notre groupe, venez nous rencontrer un jour de livraison, le vendredi de 18h30 à 19h30 sous le kisoque de la place du marché de Quintaou, à Anglet, afin que nous évoquions les modalités de votre inscription.

Si vous souhaitez un peu plus d'infos, contactez-nous :

  • par mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
  • par téléphone : 06 51 29 48 17

Pour vous inscrire pour la prochaine période : Cliquez sur ce lien


 

A propos de l'AMAP

L'AMAP, quatrième du nom à Anglet, a vu le jour en avril 2009 et ce petit portail d'informations nous (vous) permettra de suivre sa vie, son évolution. Il sera, d'ailleurs, d'autant plus intéressant à consulter que vous participerez à son enrichissement éditorial.

Pour une autre façon de concevoir la consommation et le plaisir du goût retrouvé...

Contact pour l'AMAP 4 Anglet :  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

amap4-mars2016-2


Une AMAP est une Association pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne ayant pour objectifs :

  • de préserver l'existence et la continuité des fermes de proximité dans une logique d'agriculture durable (socialement équitable et écologiquement saine),
  • de permettre à des consommateurs (consom'acteurs) d'acheter à un prix juste des produits d'alimentation de qualité de leur choix, en étant informés de leur origine, et de la façon dont ils ont été produits et de participer activement à la sauvegarde et au développement de l'activité agricole locale dans le respect d'un développement durable.

L'AMAP réunit un groupe de consommateurs et un agriculteur de proximité autour d'un contrat dans lequel chaque consommateur achète en début de saison une part de la production qui lui est livrée périodiquement à un coût constant. Le producteur s'engage à fournir des produits de qualité dans le respect de la charte de l'agriculture paysanne.

Les AMAP sont régies par des principes établis dans une charte : charte amap.pdf

Mis à jour ( Dimanche, 06 Mars 2016 11:20 )